La parenthèse enchantée

Image

J’aimerai pouvoir faire de mes semaines un moment aussi agréable que mes weekends, mais ce n’est pas le cas.

Le weekend reste dans ma vie comme une parenthèse, une petite bulle indispensable à mon équilibre.

Je vis encore trop la semaine dans un état général de stress, d’anxiété et de course folle après le temps.

Je travaille énormément là dessus, mais la semaine de boulot agit encore trop comme un parasite sur mon humeur. Elle a tendance à fluctuer d’un jour à l’autre comme un véritable yoyo, sans que j’arrive vraiment à la contrôler et la freiner dans sa course folle du haut vers le bas, façon grand huit.

Le weekend arrive donc comme une libération, 2 jours où j’arrive à mettre en pratique l’instant présent, cet état de bien-être qui semble alléger le corps et l’esprit, rendre l’humeur constante et l’amour pour mon conjoint plus intense.

Pendant 2 jours, mon esprit n’est plus embrouillé par les soucis de la semaine et je ressens un apaisement intérieur que je n’arrive pas encore à reproduire autrement, même en vacances.

La fugacité du weekend permet vraiment à mon esprit anxieux de se reposer sans culpabiliser de laisser de côté tant de choses à faire ou à régler. Je peux dire stop à un cerveau qui va généralement à mille à l’heure, de peur d’oublier quelque chose, de faire quelque chose de travers… calmer le feu qui le ronge si souvent.

Bref je lâche prise.

Publicités
Cet article a été publié dans La vie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Envie de me donner votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s