L’amour c’est quoi pour toi?‏

Image

L’amour, je l’ai longtemps observé chez les autres comme une chose curieuse, un lien magique et mystérieux qui unissait deux personnes.

On m’en racontait les symptômes et les effets, mais cela restait vraiment abstrait pour moi. J’essayais de comprendre à grand renfort de films romantiques et livres, à essayer d’imaginer ce que je ressentirais moi aussi le jour où l’amour me tomberait dessus.

Je l’ai attendu longtemps ce grand amour, celui avec un grand A. J’ai eu quelques rares petits amis, sortes de petits tests émotionnels. Mais j’étais en attente de ressentir le VRAI amour, celui qui me remplirait le cœur et l’esprit de cette chaleur réconfortante si particulière.

Au fil du temps et de l’attente, s’ancrait en moi une peur profonde de passer à côté de l’amour, de ne pas trouver cette « moitié » qui ferait de nous un tout, de ne pas savoir le reconnaître le moment venu.

Les années passant, cette angoisse a pris de l’ampleur, mon cœur se serrant douloureusement dans ma poitrine à l’idée de ne jamais connaître ce sentiment tant convoité. Je finissais par en pleurer la nuit, m’imaginant vieille fille, aigrie par l’âge, simple spectatrice du bonheur conjugal des autres.

Autour de moi les couples se formaient et se déformaient, jetant un doute sur la définition de l’amour, sentiment si fragile en définitive. Je voyais l’amour venir et puis partir, le rendant encore plus obscur. Me tromperais-je moi aussi un jour ?

L’amour a fini par me faire peur et envie à la fois. L’envie du grand frisson mais la peur de la douleur.

A toute cette confusion s’est ajoutée la pression familiale et sociale, qui ne comprend pas qu’à 25 ans on puisse encore être célibataire, et te regarde avec suspicion pour chercher où est ton problème. Comme s’il y avait un âge limite où on devait avoir trouvé l’amour, au moins une fois, et que passé ce stade, il en était fini pour toi, tu avais loupé le coche.

Heureusement, je ne me suis pas laissée abattre, et avec le soutien de tous mes films à l’eau de rose où l’héroïne finit TOUJOURS par trouver le grand amour, j’ai continué à chercher. J’ai même forcé un peu le destin, à mes risques et périls (les sites de rencontres) et j’ai fini par le rencontrer au détour d’un rendez-vous pour lequel je n’attendais rien.

Je ne sais pas si ce fut le vrai coup de foudre puisque je n’ai pas entendu de chanson dans ma tête, ni vu de feu d’artifice jaillir dans le ciel comme dans les films, mais j’aime à croire que ce fut un peu cela, car j’ai très vite compris qu’il se passait quelque chose en moi d’inédit et que c’était réciproque. Très vite nous ne nous sommes plus quitté.

Avec lui, toute cette solitude refoulée, accumulée au fil des années, a décidé de sortir, au point de rendre pour moi difficile nos moments de séparation au début de notre relation. J’ai ressenti dans tout mon corps ce que signifiait l’expression « ne faire plus qu’un »; sans lui, je ne me sentais soudain plus tout à fait entière.

Douleur et bonheur à la fois, c’est un peu ça l’amour pour moi, un blougiboulga de sentiments qui se veulent parfois contradictoires, mais le tout essentiellement recouvert d’un doux manteau molletonné dans lequel on se sent bien et en sécurité.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Envie de me donner votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s