Le rythme des saisons

Image

C’est fou comme les saisons influent sur notre manière de contrôler notre bien-être, notre équilibre intérieur.

Depuis qu’il fait beau et chaud, je vois que les leviers que j’utilisais pendant l’hiver et la grisaille ne fonctionnent plus vraiment : fini le cocooning dans sa tanière, la lecture dans le silence sous un plaid tout doux, le repos au calme, à méditer, les envies de désencombrer pour se sentir à l’aise dans un intérieur dans lequel on sait qu’on va passer plusieurs mois enfermé à regarder le vent froid et la neige à travers nos fenêtres.

L’hiver, et la torpeur dans laquelle elle a tendance à nous plonger, est propice à l’introspection; on se replie un peu sur soi-même, ce qui permet de s’arrêter et réfléchir sur ses besoins, envies, projets.

Mais voilà qu’aujourd’hui on ouvre grand les fenêtres, on respire l’air frais, le soleil qui traverse notre peau, on sent le sève monter en nous; on sort de notre hibernation.

De la réflexion, on passe à l’action.

Le soleil, la chaleur, la nature qui renaît et fleurit dope une énergie qu’il va falloir utiliser à bon escient. On bouscule ses habitudes comme pour marquer l’arrivée d’une nouvelle ère.

On augmente son activité physique (on se remet au sport!!) afin de canaliser cette nouvelle énergie qui s’empare de nous et dont on ne sait pas toujours quoi faire. Elle offre aussi à notre corps une nouvelle jeunesse et à notre tête une bulle provisoire pour se reposer. Pour les gens comme moi, le sport (la course à pied en l’occurrence) sert de levier pour évacuer une anxiété toujours trop présente.

On continue aussi à bouquiner et réfléchir, mais les sujets changent doucement, plus futiles, les pieds en éventails sur la terrasse au calme d’un jardin ou sous les gazouillis des oiseaux et les rires d’enfants dans un parc.

Avec la nouvelle météo, on ressent une envie de légèreté, d’insouciance, de feux d’artifices et barbecues en tout genre. La notion de profiter du moment présent semble alors plus que jamais prendre tout son sens : se balader, profiter des longues soirées estivales et vacances pour voir sa famille, ses amis, renouer avec ceux qu’on avait un peu mis de côté pendant cette période où l’envie de rester enfermé dans notre cocon était trop forte.

Et puis dans cette nouvelle énergie, prendre le temps de s’arrêter tout de même. Se poser. Regarder la nature revivre et s’épanouir autour de nous comme un exemple à suivre.

Publicités
Cet article a été publié dans La vie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Envie de me donner votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s