De la force du mental

2ac2e690fc5729939400c1a30d410fb3
Je continue aujourd’hui à vous parler sport et running, pour aborder une dimension du sport qui va au delà de la performance physique et qui mérite qu’on s’y attarde un instant.
Car il y a une chose très importante que le sport permet de développer, au delà du physique, c’est la combativité, la résistance.
 
Personnellement, j’ai toujours été une petite nature. Du genre qui se dérobe à la moindre difficulté ou qui s’arrête et pleure si ça devient trop dur. De nature anxieuse, je me suis toujours attachée à rester dans ma zone de confort, évitant au maximum de me mettre dans des situations qui m’obligeraient à pousser mes limites, à les explorer. La peur de souffrir, la peur de l’inconnu; de nombreux facteurs stress que je cherchais à fuir.
 
En cela, la course a pieds, en plus d’être un sport très complet physiquement, apporte également beaucoup au mental. Apprendre à se dépasser, puiser dans ses forces physiques et mentales, apprendre à écouter cette petite voix qui te dit de ne pas lâcher avant d’atteindre ton but, la ligne d’arrivée d’une course ou celle que tu t’es fixée pour l’entrainement.
 
Cette résistance à l’effort s’acquiert petit à petit et prend au fil du temps de plus en plus d’ampleur; proportionnellement à la satisfaction personnelle de voir ses efforts récompensés.
On apprends à souffrir et aimer ça. Cela parait paradoxal et pourtant c’est à partir de ce moment là, qu’on prend véritablement conscience qu’on est capable de plus que choses qu’on aurait pu l’imaginer. C’est comme une porte qui s’ouvre alors vers d’infinies possibilités, comme une barrière franchie sur la peur de l’inconnu. Chaque petite barrière franchie donne ensuite envie d’en casser d’autres, un cercle vertueux particulièrement positif pour son estime de soi, sa confiance en soi.
 
Il aura fallu que mon homme m’en fasse un jour la remarque lors d’une randonnée (de celles que je finissais avant en pleurant) pour que je me rende compte du chemin parcouru. Je me plains moins, j’ai appris à serrer les dents et avancer. Et ça dans la vie, c’est un allié de poids.
Publicités
Cet article a été publié dans forme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour De la force du mental

  1. la philo dit :

    j’ai eu les larmes aux yeux en lisant ton post. C’est tout à fait moi. Je suis en club depuis le mois de septembre et j’en bave (pour être polie) mais je signe, deux fois par semaine plus le dimanche. Pas une séance loupée. A chaque séance, je meurs et à la fin de chaque séance, je me sens vivante. Vivante d’être allée au bout, vivante de prendre rendez-vous avec moi-même.

Envie de me donner votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s