Je suis un papillon

J’aime me comparer à un papillon (j’aurais certes pu dire bourdon, mouche ou hanneton, ou tout autre insecte volant mais bon, ce serait moins valorisant poétique du coup) en ce qui concerne mes passions dans la vie.
Je ne suis pas une passionnée mono-maniaque. C’est à dire que je n’ai pas UNE grande passion dans la vie, où une passion qui me suit depuis de très longues années sans jamais faiblir d’intensité. J’aurais sincèrement voulu être ce genre de personne, constante.
Mais moi, je suis plutôt du genre passionnée obsessionnelle et désordonnée. Je peux très vite être passionnée par quelque chose au point que cette chose ou activité occupe mon esprit en permanence.
Mais je vous disais, je suis un papillon.
En effet, je virevolte d’une passion à l’autre et suis capable de laisser de côté une de mes passions pendant un temps plus ou moins long pour y revenir un jour, comme ça. D’un coup.
Bref, je vis de passions diverses et variées et papillonne de l’une à l’autre selon mon état d’esprit, mon humeur, mes envies. Je suis incapable de me focaliser sur une passion pendant trop longtemps. Je me lasse vite. Mais je me permet d’appeler cela malgré tout une « passion » car je vis toujours intensément ces périodes; elles occupent alors mon esprit, mon temps, mon énergie.
J’ai plusieurs passions dans la vie, qui occupent ma vie régulièrement, et cela depuis plus ou moins longtemps.
Passons à la minute confession :
Ma plus ancienne passion porte sur les animaux. Je pense que c’est celle qui aurait pu me faire basculer dans la passion monomaniaque vu que j’avais des posters de golden retriever partout dans ma chambre quand j’étais petite, que j’étais abonnée à 30 millions d’amis et je voulais devenir assistante vétérinaire. Et puis je ne sais pas, j’ai grandi, mon univers s’est ouvert et j’ai pris mon envol vers d’autres passions.  Il n’empêche que j’ai toujours un attrait très particulier pour les animaux et si un jour j’avais une opportunité sérieuse de faire quelque chose dans le milieu animalier, je pourrais tout lâcher pour ça.
La course à pied. Cette passion est née il y a quelques années maintenant et je pourrais difficilement m’en passer même si ma pratique est plus ou moins rigoureuse selon les périodes. En général, elle occupe tout de même 2 soirs dans ma semaine et une ou deux heures le weekend.
Le jardinage. Révélation depuis que j’ai quitté le cocon familial. je me suis découvert une certaine main verte et l’été je peux passer des heures, des après-midi entiers dans mon jardin. Je suis fascinée par les miracles de la nature et suis capable de m’extasier bêtement devant mes tomates qui rougissent, mes roses qui éclosent et mes courgettes qui poussent. Par contre l’hiver, à part arroser mes plantes, cette occupation sera mise en hibernation, comme le jardin lol.
Les séries tv. Mon adolescence a été bercée par les séries de M6 et il y a eu une période où je suivais pas moins d’une dizaine de séries par semaine. Je vous laisse faire le calcul d’heures passées devant mon écran. J’avoue que depuis que je suis en couple, cette passion a été petit à petit mise de côté, face à ma vie sociale et le travail. Et puis je ne sais pas, mais ces derniers temps, j’ai redécouvert ce grand plaisir d’être plongée dans des fictions aux histoires palpitantes que l’on suit avec impatience au fil des épisodes; et l’hiver arrivant, je réussi mieux à trouver du temps pour ces petites sessions tv.
Publicités
Cet article a été publié dans La vie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Je suis un papillon

  1. AU303 dit :

    Et bien ce type de fonctionnement que tu décris me parle puisqu’il me correspond aussi. Longtemps j’ai pensé que tout le monde agissait de cette façon, mais en avançant en âge je me suis rendue compte que cette manière de s’intéresser goulument à un sujet précis jusqu’à en devenir « monomaniaque » et d’un coup tout mettre de côté pour repartir sur autrechose était un fonctionnement pas si commun que ça et pouvait être perçu comme de … l’inconstance …
    Disons que tout un temps, j’ai essayé de me donner les moyens d’être moins girouette, pour être mieux « comprise », mais en fait, à terme, on finit par ne plus répondre qu’aux supposées attentes des autres et ne plus s’écouter : pas bon pour l’équilibre !
    Si c’est de cette façon que tu te sens en vie, que tu trouves du plaisir à faire de nouvelles découvertes, que cela alimente ton bien être et quand tu as la sensation que cela ne t’apporte plus rien, tu passes à autrechose, pourquoi pas !
    Depuis peu je me suis rendue compte que cela pouvait être autrechose que de l’inconstance mais une force, qui fait vivre plusieurs vies dans une seule 😉
    Continue de papillonner si c’est bon pour ta santé 😉

    • milizen dit :

      Merci pour ce gentil commentaire. J’ai moi aussi essayé à un moment de rester sur un domaine et de m’y consacrer totalement. Mais il fini un temps où cela perd tout son intérêt, m’ennuie, voir même me dégoûte. Pourquoi s’infliger ça?! quel gâchis! j’ai fini par trouver un équilibre avec tout ça et j’assume totalement de virevolter comme ça, même si je reste malgré tout toujours fidèle à mes passions, mais en toute liberté. c’est ça le plus important pour moi.

Envie de me donner votre avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s