Brèves de séries #9

Aujourd’hui on rend hommage aux années eighties, on rencontre un cousin éloigné d’E.T., en vachement moins sympa.
 STRANGER THINGS (1 Saison, en cours)

Afficher l'image d'origine

mon résumé personnel :
Un enfant disparaît dans une petite paumée des USA au début des années 80. Sa famille et ses petits copains nerd vont petit à petit découvrir que cette disparition est plus qu’étrange. L’arrivée d’une petite fille pleine de mystère va faire basculer toute cette histoire dans les ténèbres….
 mon avis :
Les réalisateurs adorent les années 80 et on prit un soin tout particulier à créer une ambiance qui nous plonge au cœur de ces années old school. L’esthétique est parfaite, rien que pour cela la série est un vraie réussite. L’histoire, alimentée par les références cinématographiques de cette période n’est pas des plus originale, mais grâce à l’interprétation des jeunes acteurs, en particulier celle qui interprète Onze, que j’ai trouvé hypnotique, on se laisse happer par l’enquête pour découvrir ce qui est arrivé au petit garçon et surtout le retrouver. Et puis si comme moi vous êtes cinéphile, vous adorerez les références (volontairement pas toujours très subtiles) à d’anciens classiques du genre.
Une belle série, exclusivité Netflix.
Publié dans séries | 1 commentaire

Brèves de séries #8

Aujourd’hui on voit double, triple, quadruple, etc….. et on fait n’importe nawak avec la génétique.
 ORPHAN BLACK (4 Saisons, en cours)

Afficher l'image d'origine

mon résumé personnel :
Sarah est une jeune femme un peu paumée qui croise un soir d’errance le regard d’une jeune femme qui fait *paf le train* après avoir déposé ses effets personnels sur le bord du quai. Le truc c’est que cette jeune femme est son sosie parfait. Après lui avoir piqué discretos ses affaires, Sarah décide d’entrer dans sa peau pour découvrir qui elle est et se trouve embarqué dans un tourbillon qui va bouleverser sa vie.
 mon avis :
Cette série est un petit bijou.. ou plutôt son interprète principale en est un en tout cas. On sait pas trop si c’est le budget réduit qui a incité le réalisateur à tourner sa série autour d’une seule actrice pour jouer une multitude de personnages, mais autant dire que le résultat est juste bluffant. On oublie vraiment très vite que tous les personnages sont joués par une seule personne, tellement Tatiana Maslany a su donner une personnalité unique à ses personnages au point qu’il est impossible de les confondre, bien au delà d’une simple question de physique.
La force de la série tient également sur les personnages secondaires, savoureux eux également. Mention spéciale au frère de Sarah, à la réplique toujours piquante.
J’avoue que les histoires de génétiques, moi j’y cale pas grand chose, mais on s’attache énormément aux différents clones (Héléna powwaaaa) et on finit par se préoccuper sincèrement de leur avenir.
P.S. Avec mon petit mari nous nous sommes abonnés à Netflix depuis quelques mois, donc autant dire que cette catégorie du blog n’est pas prête de mourir, vu que nous ne regardons plus la télévision, sauf pour regarder nos épisodes de séries sur la plateforme.
Publié dans séries | 2 commentaires

Les astuces écolo de Tata Milie

Afficher l'image d'origine
Dans mon voyage vers une vie plus simple et en accord avec Mère Nature, j’ai envie de vous faire partager mes petits trucs et astuces que je teste au quotidien.
En tant que grosse feignasse dans l’âme, mes astuces sont aussi le fruit d’une grosse réflexion personnelle pour gagner du temps et de l’argent.
Autant joindre l’utile à l’agréable. héhé.
mini pizzas apéro pour anticiper les invités-surprises. 
Fini les pizzas apéro surgelés de la grande distribution qui coûtent un bras et dont les ingrédients sont pas toujours hyper nets (spéciale cass’dédi aux piccolinis de Buitoni et ses 5 lignes d’ingrédients). Ici on a besoin : d’une pâte brisée (qu’on découpe en petits ronds avec un verre), de sauce tomate/coulis de tomates et d’un assaisonnement au choix ( champignons, oignon, fromage, etc). Au four à 210°. On ne cuit pas trop et hop au congélateur, pour les ressortir en cas de besoin. Honnêtement en 15mn c’est fait.
– nettoyage du sol avec de l’eau chaude et du savon noir.
Exit les produits chimiques et leur odeur de synthèse (qui donne cette impression de propre avec une odeur bien chimique qui intoxique nos poumons tranquillou j’t’embrouille). Simple, écologique et pas cher. Mon carrelage est nickel. Que demande le peuple….. et si vraiment vous voulez y ajouter une touche odorante, quelques gouttes d’huile essentielle de votre choix fera largement l’affaire 😉
– le vinaigre blanc à la place de la javel.
Au moins plus jamais peur de tâcher et décolorer mes fringues en l’utilisant. Je l’utilise pur quand j’ai la flemme ou mélangé à quelques gouttes d’huiles essentielles (arbre à thé pour son côté désinfectant et anti-bactérien) pour en faire un spray multi-usages. Bien plus de place dans mes placards à produits nettoyants et je fais de sacrées économies. Ah oui, il me sert aussi comme liquide rinçage pour le lave-vaisselle (et hop encore un produit en moins à acheter).
– le chiffon micro-fibre.
Alors comment dire que ce petit chiffon a juste révolutionné mon ménage. Hyper absorbant et extrêmement doux sur les surfaces fragiles, je l’utilise partout et pour tout  :  pour nettoyer mes vitres et miroirs, juste avec de l’eau; nettoyer et sécher ma plaque vitrocéramique sans risquer de la rayer; sécher certaines surfaces pour éviter les gouttelettes d’eau quand on a une eau calcaire. Je m’en sert également pour remplacer le papier essuie-tout. Bref, des chiffons qui servent à tout, ne coûtent pas cher et se nettoient facilement (reste juste ce fâcheux problème des couleurs criardes qu’on donne à ces chiffons, moi pas comprendre).
– ma routine démaquillage.
Je suis quelqu’un qui se maquille beaucoup. De ce fait, j’ai vite basculé vers les cotons lavables, vu ma consommation quotidienne plus qu’excessive de cotons jetables. Le problème c’est que j’ai du mal à tenir avec mes 10 cotons démaquillants par semaine. En gros, je n’arrive pas à suivre avec les lessives (vit ma vie de désorganisée de la machine à laver) et utilise donc encore trop souvent des cotons jetables en secours. Du coup j’ai changé ma routine, pour les yeux en tout cas. Le démaquillage des yeux, celui qui salit à lui tout seul un coton lavable (et m’oblige donc à en prendre 2 rien que pour le démaquillage du soir), se fait à présent à l’huile de coco que je rince avec un gant humide, pour enlever le plus gros du maquillage. Le reste du visage avec le fond de teint part, lui, au coton lavable, car nécessite d’être fait avec plus de soin que le gant le permet. là aussi, en moins de 5mn c’est torché, youpla boum.
Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

Brèves de séries #7

Aujourd’hui on astique l’argenterie, on apprend les bonne manières mais on lorgne par le trou de la serrure.
DOWNTON ABBEY (6 Saisons, terminée)
Afficher l'image d'origine
mon résumé personnel :
Downton est un grand manoir, une grande maison, dans laquelle se confronte deux mondes fascinants. D’un côté l’aristocratie est ses problèmes de successions et de pouvoirs, de l’autre la domesticité avec ses codes très stricts, ses valeurs et son travail.
Nous suivons cette véritable fourmilière à l’aube du 20 siècle où la guerre et le monde moderne font vaciller un ordre établi depuis des siècles.
mon avis :
Esthétiquement, la série est un petit bijou. Je m’en veux presque de découvrir cette série seulement maintenant. Mais le genre « sérieux »de la série n’étant pas à la base ma tasse de thé, je n’avais jamais été attirée plus que ça par cette série. C’est la notoriété de la série qui m’a poussé à me pencher dessus. Et je me suis vraiment pris au jeu de suivre la vie de cette famille, à mon grand étonnement. La série est d’une qualité exceptionnelle autant au niveau intrigue que visuel.
Au fil des saisons on avance dans le temps, à une époque où l’évolution des mentalités et de la société est en pleine ébullition, et la famille Crawley et  leurs serviteurs nous servent vraiment témoins, et c’est juste fascinant.
J’ai enfin pris le temps de finir la série et c’est la première fois que je vois une série aussi aboutie. On referme les portes de ce manoir, le sourire aux lèvres. Magique.
Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

Je cours, pour semer mes soucis

Afficher l'image d'origine
Quand on parle sport, on parle toujours « physique » : kilos, cardio, muscles, poumons, endurance, force, ventre plat.
Il y a pourtant une vertu que je trouve que l’on ne met pas assez en avant alors que je la trouve primordiale, c’est son effet psychologique.
Dans une société stressée comme la notre, qui s’enfonce toujours plus dans la morosité, les effets thérapeutiques du sport sur notre humeur sont juste exceptionnels.
Rares sont les gens qui ne ressortent pas d’une séance de sport le sourire au lèvres, détendus. Certes pendant l’effort, ça peut être la soupe à la grimace, mais après, le visage est généralement radieux.
 Combien de fois, je me retrouve face à des gens circonspects quand je dis à quel point je me sens bien après une séance de sport. Les gens n’y voient que l’effort, la souffrance, transpiration, et en oublient la récompense qui est au bout, celle qui fait revenir à la séance d’après malgré les courbatures : les endorphines. Le pouvoir des endorphines libéré par le sport devrait être prescrit aux dépressifs et autres personnes mal dans leur peau. Quel que soit le rythme, quel que soit le type de sport, cette petite molécule du bonheur fait des miracles sur notre psychisme.
 Mon sport à moi, c’est la course à pieds. L’avantage de ce sport est la liberté de pratique. Une journée de merde? je rentre chez moi, j’enfile un t-shirt, un legging et je pars courir. Pas de contrainte de jour, pas de contrainte d’horaire ni de météo, la liberté TOTALE.
 Si pour certains cela leur permet de réfléchir ou cogiter, pour moi c’est le seul moment où je mets mon cerveau en position *off* et où je me détends vraiment l’esprit et libère mon corps du stress grâce à l’effort physique.
Inscrite à un club, je partage souvent ce moment en groupe et cela décuple son effet thérapeutique par le partage, les discussions, les rires.
Le sport mérite donc qu’on le voit plus dans sa globalité et non pas juste tel que les médias nous le présente, réduit et déformé à un moyen de devenir la bombasse en couverture des magazines. Cette vision bien trop réductrice du sport est généralement la raison pour laquelle les gens abandonnent si vite le sport, la désillusion des fausses promesses se faisant vite ressentir.
Publié dans forme | 3 commentaires

Mon éveil au végétarisme

legume-vegetarien_0
Je me suis toujours considérée comme une « viandosaure » convaincue. Je faisais partie de ceux pour qui manger de la viande faisait partie du QUOTIDIEN.
J’ai été élevée comme ça : un repas équilibré doit contenir de la chaire animale (sous toutes ses formes : escalope, filet, charcuterie, pâté, poisson…). Et moi, j’ai toujours bien fait attention à manger équilibré!
Autant vous dire, que le jour où je me suis  intéressé au sujet et me suis documenté, toutes mes convictions ont volées en éclat; toute ma manière de penser mon alimentation a été bouleversée.
Les deux plus grands bouleversements ont été :
une ouverture vers de nouveaux horizons en matière d’alimentation
Et non, l’alimentation ne se résume pas à de la viande, des pâtes au blé et des pommes de terre. Je caricature un peu, mais à peine. Pour moi, les légumes n’ont toujours été qu’un « accompagnement », dans le sens péjoratif du terme. Le légume était là pour la partie bonne conscience de mon assiette équilibrée, pour mettre de la couleur dans le plat, le truc qu’on mange en dernier, en pas trop grande quantité car c’est ce qu’on laissera dans l’assiette si on a plus faim. Depuis que je ne mange plus de viande, les légumes ont repris leur titre de noblesse dans mon assiette, ils ont aujourd’hui une place essentielle dans mon assiette. Mais le changement le plus significatif pour moi a été la découverte de nouvelles saveurs. Quinoa, boulgour, panais, lait de coco, crème de riz, pois chiches, etc… autant de mots barbares, voire peu appétissants pour certains, que j’ai appris à connaître et donc apprécier. Tout un univers culinaire s’est ouvert à moi depuis que j’ai appris à composer un plat équilibré sans la sacro-sainte viande (et poisson, que je mangeais par contre déjà très peu). J’ai appris à beaucoup jouer avec les épices pour donner du goût à mes plats, à essayer de nouveau légumes/légumineuses (légumes secs) et féculents pour ne pas toujours manger la même chose. Bref, j’ai vraiment appris que l’alimentation était quelque chose de particulièrement vaste du moment qu’on prend le temps de s’y intéresser et creuser le sujet.
– éveil éthique animaux
Paul Mc Cartney a dit « si les abattoirs avaient des vitres, tout le monde serait végétarien ». J’ai toujours été sensible à la condition animale. J’ai toujours su que l’abattage des animaux pour notre simple plaisir n’était pas une chose glorieuse, que les conditions dans lesquelles c’était fait l’étaient encore moins, et pourtant je n’étais pas prête à sauter le pas; encore trop attachée à mon plaisir de manger de la viande. Par contre j’ai toujours su qu’un jour, je basculerais vers le végétarisme. J’attendais mon heure, celui du déclic. Ce moment où on bascule et où l’on sait qu’il n’y aura plus de marche arrière possible. L’idée a donc longtemps germé en moi et puis quand j’ai senti que c’était le moment, j’ai pris mon courage a deux mains et je suis allé sur youtube regarder des vidéos d’abattoirs. Je n’ai jamais osé regarder ces vidéos et j’attendais ce moment précis pour le faire, comme pour sceller ma décision, tel un électrochoc qui confirmerait définitivement mon choix. Et je peux dire que ces vidéos ont eu l’effet escompté. Les chevaux et vaches assommés au pistolet à tige perforante, direct sur la tempe qui s’écroulent comme des pantins, mais dont en fait 40% ne sont pas assommés correctement au 1er coup de pistolet et peuvent alors être égorgés (oui égorgés!) encore vivants: ou ces moutons qui mal assommés aussi sont écartelés vivants parce qu’un technicien est allé faire pipi et que la chaîne abattage ne s’arrête pas; les cris des agneaux qui pleurent en appelant leur mère, parqués dans de minuscules enclos en attendant d’être tués; les poussins qu’on passe au broyeur vivants dont certains en ressortent encore vivants, et les poussins sélectionnés pour être gavés dont on coupe le bout du bec (à vif, sinon c’est pas drôle) pour ne pas qu’ils se blessent entre eux, parce que trop nombreux et placés dans des enclos minuscules. Bref, une horreur absolue et passée sous silence. Personnellement, je ne veux plus cautionner cela. Mon choix est fait.
Bien sûr d’autres arguments ont joué dan ma « transition » (les scandales alimentaires sur la viande aux antibiotiques, le bœuf qui est en fait du cheval, la surconsommation de graisse animale qui n’est pas bonne pour la santé, etc.) mais ces deux aspects éthiques et diététiques ont le plus pesé dans la balance.
Je me considère encore « flexitarienne » pour l’instant car le végétarisme n’est pas quelque chose qui s’improvise selon moi. J’avoue encore un peu tâtonner à bien équilibrer mon alimentation par crainte de subir de carences alimentaires, étant conditionnée depuis toujours à l’idée que la viande et le poisson sont INDISPENSABLES à un bon équilibre et que si je n’en mange pas je ne serais pas en bonne santé.
Le 2ème obstacle est pour moi de gérer cela à l’extérieur. Si dans ma famille proche, cela ne pose absolument aucun problème, ma belle-mère, par exemple, a beaucoup de mal à ce que je refuse ses plats de viande quand je suis chez elle et j’avoue avoir un peu de mal à lui tenir tête, et préfère y aller progressivement pour éviter tout conflit (en gros je refile en douce ma viande à mon mari).
N’étant qu’à mes débuts, subir le jugement extérieur n’est pas encore évident à assumer. Mais j’apprends doucement à avoir les arguments et la force de caractère pour assumer pleinement et sereinement de sortir de la « norme » et du jugement critique des gens que je peux rencontrer.
Publié dans Uncategorized | 8 commentaires

Ma révolution écolo

Ecologie #responsable #tousacteurs:
Si je ne devais garder qu’une seule bonne résolution pour la nouvelle année (comment ça on est fin février??!!) ce serait celle d’une profonde prise de conscience écologique et surtout d’une sincère envie de basculer ma vie vers un mode de vie plus conscient de notre impact sur la planète.
Autant vous dire que je me suis prise en pleine figure à quel point on est mal barré, surtout une fois qu’on commence à s’intéresser à ce sujet, à regarder des reportages, lire des articles là dessus.
Je peux comprendre pourquoi certaines personnes ne prennent même pas la peine de se sentir concerné tellement on part de loin niveau écologie, et qu’on peut vite se sentir comme une petite goutte dans l’océan submergé par un tsunami.
Et pourtant, si je sais très bien que ce n’est pas à mon ridiculement petit niveau que je changerai le monde ni sauverai la planète, mais je veux avoir ma conscience pour moi, et pouvoir me dire, au crépuscule de ma vie, que j’aurais fait ma part.
Le sujet m’intéresse depuis longtemps. J’ai toujours eu l’âme un peu écolo. Je ne suis pas du genre acheteuse compulsive, ni matérialiste. J’ai toujours fait passer les gens avant les objets et pourtant, je sais que tout est à faire, tout à transformer dans ma vie, pour faire vraiment une différence, m’impliquer vraiment.
J’avais déjà impulsé le mouvement l’année dernière avec quelques petits changements subtils dans ma vie et mes habitudes, mais je suis passé à la vitesse supérieure cette année, et en très peu de temps finalement.
Je vous mets, ci-dessous, un listing rapide des principaux changements amorcés depuis ces derniers mois.
Je n’avais pas envie de me lancer dans des articles détaillants ces différentes astuces écolo, car elles sont finalement assez basiques et trop nombreuses, et surtout il existe un nombre incalculable d’articles ou vidéos parlant de cela. Du coup, je me contenterai de vous en énumérer le principales (mode feignasse: on)
composter dans mon jardin/utiliser des carrés démaquillants lavables/fabriquer mon nettoyant multi-usage bio/utiliser des chiffons microfibres pour remplacer l’essuie-tout/remplacer le liquide rinçage du lave-vaisselle par du vinaigre blanc/remplacer le gel douche par un pain de savon/remplacer les gâteaux industriels par du fait-maison, congelé à l’avance/faire sa compote de fruits maison/trie du verre-carton-plastique/faire ses snacks sucrés maison (avec des flocons d’avoine, miammmm)/remplacer le jus d’orange industriel par du jus pressé/ fabriquer mon gommage maison avec marc de café et du miel/faire don de livres plus jamais lus à la médiathèque de la ville/installer un stop pub sur la boite aux lettres/refuser les sacs plastiques/ramener les médicaments périmés à la pharmacie/manger moins de viande/diminuer ma consommation de lait de vache/remplacer le liquide de rinçage du lave-vaisselle par du vinaigre blanc/hydrater sa peau (de tout le corps) avec du beurre de karité/repriser les chaussettes au lieu de les jeter directement
J’ai malgré je n’exclue pas de venir partager les nouvelles (r)évolutions dans ma vie qui pourraient émerger dans un futur plus ou moins proche. Je veux juste éviter de raconter pour la centième fois la même chose que l’on pourrait lire ailleurs.
Publié dans Uncategorized | 3 commentaires