La vie c’est comme une boite de chocolat #5

Dans ma boîte de chocolat ces derniers temps, on apprécie l’été :

Capture

* en récoltant les légumes plantés en début de saison. Bon le truc c’est que cette année, avec l’alternance pluie/soleil qu’on a eu, j’ai juste une production de fou. Du coup ce sont les voisins et la famille qui en profitent, parce que à deux, c’est juste beaucoup trop et mon congélateur est déjà plein. Du coup je m’éclate à faire des petits paniers bio que je distribue autour de moi en rajoutant des petits gâteaux maison. C’est vraiment quelque chose qui me met en joie, je me sens alors totalement en accord avec mes principes écologiques. Je produis  et consomme bio et distribue autour de moi; je me sens alors dans un vrai cercle vertueux.
* en réservant les vacances. Je suis une vacancière tardive. J’adore partir quand tout le monde fait sa rentrée. L’été au boulot me semble un peu long mais le plaisir est décuplé au moment de fermer la porte du bureau. C’est un de mes petits kiffes de la vie.
* en finissant les travaux de notre terrasse. Une terrasse en bois, entièrement faite par mon mari (totalement autodidacte *so sexy*). Nous avons choisi un magnifique bois exotique qui supportera les aléas de la météo du Nord-Est. Elle est juste superbe, sur pilotis, avec une vue plongeante sur mon jardin qui commence doucement à avoir de la gueule et que je prend un plaisir de dingue à aménager. Bon j’avoue que devoir partager mon jardin avec les moustiquos plombe un peu l’ambiance, mais je mets en place des stratégies multiples pour les faire fuir (plantes spéciales, bougies et autres appareils répulsifs). La guerre est déclarée.
* en reprenant la course à pieds plus sérieusement. La rentrée du club arrive à grand pas donc il serait temps que j’augmente les kilomètres hebdomadaires histoire d’encore réussir à papoter en courant avec les copines pas vues depuis 2 mois…. oui, c’est une raison à la con, mais que voulez vous, j’ai pas l’esprit de compèt’ donc moi c’est juste pour réussir à suivre les copines marathoniennes que je m’entraîne *sportive en carton*.

 

Publicités
Publié dans La vie | Laisser un commentaire

Brèves de séries #11

Aujourd’hui on se fait 8 copains à travers le monde et on se connecte tous en bluetooth
 SENSE8 (1 Saison, en cours)
Afficher l'image d'origine
mon résumé personnel :
8 personnes se trouvent soudainement connectées les unes aux autres, sans que rien ne semblent pourtant les relier, surtout pas leur localisation géographique. Du jour au lendemain, ils sont capables de tout partager : leurs émotions, leurs pensées et même leurs corps. Ce lien va se faire de plus en plus fort, et cela va leur être bien utile autant au niveau personnel que contre de mystérieux individus qui semblent les pourchasser…
mon avis :
Une série un peu ovni mais passionnante par la manière dont est traité les liens qui unissent ces 8 individus que tout oppose. Leurs interactions font vraiment la force de la série et ils ont su développer des personnages vraiment attachants. J’ai particulièrement apprécié qu’ils prennent des acteurs de la même nationalité que leurs personnages ce qui les crédibilisent encore plus.
J’ai drôlement hâte que la nouvelle saison arrive sur Netflix!!
Publié dans séries | Laisser un commentaire

Mon rapport à la télévision ou comment j’ai repris le contrôle

TV Colorful Vecteur gratuit
Je fais partie de cette génération biberonnée à la télévision, bien avant l’avènement d’internet. Enfant et adolescente timide, elle a été ma compagne la plus fidèle (oui, vous pouvez pleurer dans les chaumières lol). Elle m’a accompagné quotidiennement pendant une grande partie de ma vie.
Puis j’ai rencontré des amis qui n’avaient pas de télévision chez eux (avec 3 enfants en bas âge, respect quoi!). Petit déclic chez moi et grosse remise en question de son intérêt et de sa place dans ma vie.
L’idée faisant son petit chemin, je me suis procuré le livre « Tv Lobotomie », un pamphlet sur les dégâts que la télévision pouvait apporter. Là le déclic s’est fait vraiment plus violent. Ça n’aurait tenu qu’à moi, je débranchais la télé et la vendais sur LeBonCoin. Mais bon, vivant en couple, mon conjoint n’était pas aussi sensibilisé aux dérives de la télévision que moi et entretenait encore une relation fusionnelle avec sa zapette (bref, il m’a regardé avec des gros yeux méchants en serrant bien fort sa télécommande contre lui).
Pourtant, le nombre de chaînes télé augmentant, la qualité des programmes elle, s’est réduite comme peau de chagrin. Au point que ces dernières années, le zapping d’une chaîne à l’autre est devenu un rituel, au point de me retrouver le soir, vers 22h à n’avoir toujours rien regardé de précis avec cette impression d’avoir perdu plusieurs heures de ma vie.
J’en suis venu à ne plus supporter ce rapport de dépendance stérile à la télévision, à savoir l’allumer par automatisme mais être incapable de trouver quelque chose d’intéressant à regarder ou regarder un programme par dépit, sans grande conviction. Je ne supportais plus de l’avoir en bruit de fond; pour cela autant écouter de la musique, un bruit de fond bien moins « parasite ».
C’était sans compter sur le fait que cette remise en question tombait justement à une période où ma fibre écologique s’intensifiait et où les dérives de la société de consommation m’interpellait de plus en plus. Donc le matraquage incessant des publicités à la télévision était devenu pour moi insupportable.
Et puis un jour, nous avons entendu parler des replays, de la vidéo à la demande, et plus particulièrement de Netflix, un catalogue légal de vidéos qui offrait enfin une option intelligente à la télévision. La vidéo à la demande du consommateur et non plus l’inverse.
4 mois que nous sommes abonnés, nous n’avons plus jamais regardé la télévision conventionnelle depuis. Nous avons pris énormément de recul sur cet outil qu’est la télévision et n’avons plus l’impression d’être esclave d’elle. Nous choisissons ce que nous voulons regarder et surtout QUAND ! Nous ne planifions plus notre soirée autour de la télévision, de ses horaires imposés et de ses coupures pubs intempestives. Si nous souhaitons commencer à regarder une fiction à 19h ou 21h30 ou arrêter en plein visionnage car nous sommes fatigués et souhaitons nous coucher, l’outil nous permet de stopper et reprendre la visionnage à notre guise.
Je ne me sens pas pour autant en décalage avec les personnes qui regardent la télévision. A l’heure d’internet et des réseaux sociaux, impossible de passer à côté des derniers buzz ou informations.
Aujourd’hui, j’ai un rapport plus serein avec la télévision. J’ai l’impression d’avoir repris un contrôle que j’avais quelque peu perdu.
J’aime toujours autant les fictions, autant films que séries, et les documentaires également. Ce sont des distractions dont j’aurais beaucoup de mal à me passer et je ne ressens pas le besoin de m’en priver totalement. Mais aujourd’hui, avec les outils que nous avons à notre disposition, je trouve que la télévision conventionnelle ne répond plus du tout à mes besoins et représente plus pour moi une contrainte (de programmes, d’horaires, de qualité de programmes).

 

J’avais déjà fait un article sur mon envie de m’éloigner de la télévision, il y a presque 3 ans. Comme un écho sur une réflexion qui a pris son temps, mais qui était déjà bien ancrée en moi.
https://monpetitcoindebonheur.wordpress.com/2013/10/26/rupture-et-dependance/
Publié dans La vie | 6 commentaires

Brèves de séries #10

Aujourd’hui on suit les traces d’Emile Zola et on remonte le temps pour faire du shopping.
 THE PARADISE (2 Saisons, terminé)

Afficher l'image d'origine

mon résumé personnel :
Denise est une jeune femme ambitieuse et elle saurait te vendre une vieille chaussette trouée et te la faire passer pour de la dentelle, le problème c’est que nous sommes en 1870 et que les femmes n’ont que peu de place et d’importance dans le monde des affaires. Pourtant un grand magasin et son Directeur vont faire basculer sa vie.
mon avis :
Une jolie petite série anglaise (BBC forever) qui nous ouvre les portes du premier grand magasin à savoir « Le Paradis » qui va être le reflet d’une société en pleine mutation. Visuellement, c’est une vraie réussite. Les décors sont superbes. On rêverait d’entrer dans ce magasin tellement il est beau, soigné, élégant. La fille en moi en glousserait presque (et dieu sait que je n’aime pas les magasins). Si Denise m’a parfois un peu agacé par son petit côté trop lisse et parfait, c’est surtout tout l’univers qui gravite autour d’elle qui a un vrai intérêt. Même si le ton reste plutôt léger, la série a su effleurer quelques sujets plus graves et sensibles qui ont su lui donner plus de profondeur.
Publié dans séries | 3 commentaires

La légende du colibri

Afficher l'image d'origine
Ma véritable conversion à l’écologie (au delà de la simple sensibilisation) est assez récente. Je ne peux pas dire qu’il y a eu un événement précis qui a tout fait basculer, cela c’est passé doucement, progressivement, jusqu’au jour où de simples réflexions, je suis passée aux actes concrets.
Il y a cependant une chose qui m’a profondément marqué dans mes lectures sur l’écologie et qui est réellement devenu le fondement de ma pensée écologique, c’est la légende du colibri, dont justement Pierre Rabhi en a fait le symbole de son mouvement citoyen.

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! » Et le colibri lui répondit :« Je le sais, mais je fais ma part. »

Pour moi, cette légende nous montre à quel point, même si nos actes semblent insignifiants à l’échelle de la planète, il s’agit aussi d’une histoire de bonne conscience. Je souhaite, qu’au crépuscule de ma vie, je puisse dire que même si je n’ai pas changé le monde, j’ai fait ma part.
Et je crois également que si nous étions des millions, voir des milliards de tout petits colibris, nous arriverions à avoir un impact suffisamment grand pour provoquer un réel changement.
Si cela vous intéresse, vous pouvez aller faire un tour sur le site internet de Pierre Rabhi, qui raconte cette légende avec sa douce voix si envoûtante.
Publié dans La vie | Laisser un commentaire

Les astuces écolo de Tata Milie #1

Afficher l'image d'origine
Tata Milie, elle aime la natouuuure, elle aime sa planète, et ça l’énerve un peu que les êtres humains en fassent n’importe nawak. Du coup, au quotidien, elle  se dit que elle, il est pas question qu’elle participe à ce grand gâchis, et que même si elle n’est qu’un petit grain de sable dans l’océan, ou un petit colibri, comme le dit si bien la fable (spéciale casss’dédi à Pierre Rabhi), elle aura fait sa part.
Je te partage donc mes dernières petites astuces du moment.
J’ai vécu récemment une révolution personnelle. Depuis près de 20 ans, je me lave les cheveux tous les jours, sans exception. Depuis toujours on me dit que ce n’est pas bon, qu’il ne faut pas, etc. Mais franchement, le cheveu sale, moi c’est juste une psychose personnelle. C’est plus fort que moi (paie ton psy pour analyser tout ça). Dans ma quête de produits plus naturels, dont les shampoing et autres masques pour cheveux, j’ai découvert au fil de mes recherches une astuce récurrente concernant les shampoings secs… avec de la maizena ou argile blanche. Et comment dire qu’après avoir essayé, dieu m’est apparu (nan, j’déconne, mais pas loin). Cette technique, expérimentée depuis 2 mois maintenant m’a permis de passer d’un lavage quotidien à un lavage tous les 2-3 jours selon mon emploi du temps  (les weekends à la maison, je laisse plus traîner par exemple). Question écologie, je mets un 10/10 : économie d’eau, économie de shampoing, gain de temps (pour le séchage de cheveux et sous la douche), exit les spray chimiques de shampoing secs du commerce. Que du naturel. Bref, une technique qui a tout bon.
Je me suis achetée une petite plante carnivore, comme celle qu’on voit dans super mario avec sa grosse bouche qui se referme. Elle est juste trop mignonne. Et si elle arrive quelques fois (enfin rarement soyons honnête) à choper une mouche ou un moustique, je l’aide souvent en lui donnant les mouches que j’attrape avec ma tapette (tu sais celle qui te tourne exprès autour quand tu es assis tranquillou sur ton canapé). Je fais attention à juste l’assommer et je la donne à ma plante. Du coup, j’ai l’impression d’avoir ajouté un maillon à la chaîne alimentaire et d’avoir enfin trouvé une utilité à ces sal**** de mouches looool.
Et sinon, (le meilleur pour la fin…), quand on devient écolo dans l’âme, on devient surtout un aventurier. On hésite pas expérimenter, même les  trucs les plus bizarres. Dans ce domaine, le dernier truc que j’ai testé (et approuvé héhé) c’est de faire pipi sous la douche. Vous avez bien entendu (et moi j’ai bien entendu votre « beurkkkk »). Et pourtant, sachez que ça n’a rien de sale, du moment que vous faites couler l’eau (l’urine est stérile) et que vous ne le faites pas à la fin de votre douche, une fois, lavé, et bien rincé, on est bien d’accord. J’avouerai même que ça me fait toujours rire sous ma douche (chacun son kiff hein…). Pour être plus sérieuse, une étude britannique dit que faire pipi sous la douche tous les jours ferait économiser l’équivalent de 26 piscines olympiques par an. De quoi faire réfléchir, non?
Publié dans forme, La vie | 4 commentaires

La vie c’est comme une boite de chocolat #4

Dans ma boîte de chocolat ces derniers temps, on attends impatiemment les vacances :

Capture

* en regardant pleins de séries et films sur Netflix. Lassés des programmes tv vides de contenus et d’intelligence, nous nous sommes abonnés à cette plateforme vidéo et autant dire que cela fait 3 mois que nous n’avons pas regardé la télévision conventionnelle. Ça ne nous manque absolument pas. Quel plaisir de perdre l’habitude de zapper bêtement à la recherche d’un programme qui pourrait éventuellement être regardable.
* en jardinant. Nous voilà en pleine période de récolte. J’ai l’impression d’être Caroline Ingalls (amis des années 90, vous reconnaîtrez la référence, les autres cherchez sur internet) à arroser mon jardin et récolter mes légumes. Bon j’avoue que je pense vite saturer des tomates et courgettes mais l’ami congélateur est là pour conserver ce trop plein pour la période de disette hivernale.
* en ratiboisant sa tignasse. J’ai eu une idée folle, il y a un an, de me laisser pousser les cheveux pour en faire don à une association pour les femmes atteintes de cancer. Sauf que dans la théorie c’est une super idée, sauf que moi j’ai fait un raccourci un peu facile allant de je touche plus à mes cheveux jusqu’à ce qu’ils soient de la bonne longueur. Petit hic, une fois arrivée à la bonne longueur mes cheveux, c’est des queues de rat tous fourchus et desséchés. Je me suis rendue compte un peu tard (oui, je ne suis pas une fille très rapide des fois) que si tu veux des beaux cheveux long, ça demande en fait vachement d’entretien (des masques hydratants, de couper régulièrement les fourches, etc…) et moi le temps que ça monte au cerveau, c’était foutu, plus rien à sauver de ma tignasse. Bref, j’ai dû tout couper au dessus des épaules. Voilà, voilà, gros fail. circulez, y a plus rien à voir….
* en se badigeonnant d’anti-moustique. L’année de loose, je vous dis. Impossible de sortir dans le jardin sans se faire attaquer violemment par ces suceurs de sang, qui n’hésitent pas à passer à travers les fringues pour te piquer. Franchement, aller arroser ses tomates en jogging long et veste polaire (et on oublie pas les chaussettes hautes, les piqûres aux pieds sont les pires), sous 30°, c’est pas méga agréable….
Publié dans La vie | 3 commentaires